L’Accueil

L’accueil – Casamance – ©Laurent Gerrer Simon

Suite à la journée de l’arbre, le 9 Août dernier, j’ai publié quelques images qui plaident la cause de ces ancêtres feuillus. Le Président de la République a dit-on envisagé une loi qui demandera que devant ou dans chaque nouvelle maison soit planté un arbre. Noble décision mais j’observe cependant que dans de nouveaux quartiers en construction les rues ne feront que huit mètres de large, dont deux trottoirs d’un mètre. Il y sera déjà difficile d’y garer les véhicules toujours plus nombreux, toujours plus gros et d’y circuler; quelle place restera-t-il pour planter? Les parcelles attribuées quant à elles sont de quinze mètres par vingt, si petites qu’elles offrent peu chance aux jardins privés et de fait les maisons sont collées les unes aux autres; alors où planter ? A quand des rues plus larges et des bâtisses espacées ?

#LaurentGerrerSimonCopyright

Attente

A L’Arrêt des Fromagers – ©Laurent Gerrer Simon

Au village, on vénère les arbres, on leur porte un respect sans bornes. On en connait les avantages et les bienfaits. Cette dame attend le car à l’ombre des fromagers. C’est quand même autre chose que les abri-bus publicitaires vitrés de nos villes.
N’est-ce pas ?

#LaurentGerrerSimonCopyright

FICUS

Ficus – ©Laurent Gerrer Simon

Le ficus tel une pieuvre ou une armée de boas s’est emparé d’un baobab puis l’a patiemment étouffé. Le baobab est mort puis a disparu pour laisser place à une petite grotte végétale. La nature a ses lois.

#LaurentGerrerSimonCopyright

APRÈS DE MON ARBRE

« Auprès de mon arbre,
Je vivais heureux,
J’aurais jamais dû m’éloigner de mon arbre…
Auprès de mon arbre,
Je vivais heureux,
J’aurais jamais dû le quitter des yeux… »
Georges Brassens.
#LaurentGerrerSimonCopyright

CAÏLCÉDRAT VERS KOLDA

khaya senegalensis

Voici un majestueux caïlcédrat (Khaya senegalensis)

Quand on passe sous son ombre la température ambiante chute d’au moins dix degrés. Autrefois en furent plantés sur toutes les grandes avenues des villes du Sénégal (hormis Saint-Louis). A Dakar le centre ville en était garni mais petit à petit et pour faire place au béton ils sont soit sauvagement élagués, soit simplement abattus. L’homo-betonus n’aime pas les arbres même si sur 365 jours il lui dédie un journée…

#LaurentGerrerSimonCopyright

BAOBAB À YAYÈME

Des arbres pour nos enfants…

« Ceux qui plantent des arbres, tout en sachant qu’ils ne pourront jamais s’asseoir sous leur ombre, ont au moins commencé à comprendre le sens de la vie. »

Rabindranath Tagore.

#LaurentGerrerSimonCopyright