Etranges Baobabs

Etranges Baobabs©Laurent Gerrer Simon

Etrange baobab, étrange et mystérieux
Certains disent que tu n’es pas un arbre
Que tu serais une herbe, ton bois est fibre
Ton corps est creux, tes membres tortueux
Sans feuilles avant et bien après l’hiver
Des taquins disent que tu es planté à l’envers
Du calme, on dit que tu abrites les esprits…

#LaurentGerrerSimonCopyright

Storm Is Coming

Storm Is Coming©Laurent Gerrer Simon

Quand les temps s’obscurcissent, on dit : « après la pluie, le beau temps »
Au Sénégal, quand malheur vient on garde espoir, on se rassure
On se répète « dina bakh, Yallah bakh na – Ça ira, Dieu est Grand »
Mais voilà un an presque qu’il fait nuit sur le tourisme au Sénégal
Des milliers d’emplois stoppés, des milliers de familles en difficulté
A la longue on s’interroge mais on s’interdit le doute
« Ça va finir bientôt, Dieu est Grand »

#LaurentGerrerSimonCopyright

Débarquement

Débarquement©Laurent Gerrer Simon

Place de la « Chaumière » à Saint-Louis. Il y avait là autrefois un petit phare d’une dizaine de mètres de hauteur. Une échelle métallique fortement corrodée et peu rassurante permettait d’accéder à son sommet. Le point de vue y était sympathique et offrait plein ouest, tout au long de l’année le spectacle au couchant du retour des pêcheurs. A cette époque, l’embouchure se situait à trente kilomètres de la ville et les pirogues de pêche n’entraient pas dans le fleuve. Les grosses pirogues de retour de haute mer restaient amarrés au large et une flottille d’embarcations plus petites ramenaient à terre, par des va et vient parfois héroïques, hommes, matériels et poissons.

#LaurentGerrerSimonCopyright

La Barre

La Barre – ©Laurent Gerrer Simon

De Saint-Louis à Dakar la grande Côte déroule de successifs et incessants rouleaux d’écume sur des plages qui paraissent infinies. Les vagues se cassent brutalement sur un relief sablonneux que l’on appelle la barre à un cinquantaine de mètres du rivage. Franchir la barre n’est pas toujours une partie de plaisir.  Les pêcheurs Lébous qui peuplent ces côtes et en connaissent tous les secrets, comptent des cycles de sept vagues, la septième étant la plus forte, ils choisissent la suivante qui sera la moins haute, pour se lancer à l’assaut de la muraille d’eau sans perte.

#LaurentGerrerSimonCopyright

Le Cap De Naze

Popenguine – ©Laurent Gerrer Simon

Quelle chance pour la falaise de Popenguine et le Cap de Naze
Que ce lieu hautement pittoresque soit classé Réserve Naturelle
Épargné par le béton outrancier, le bitume, les moteurs et leurs gazs
Par les installations sauvages, les ordures et les salissures
Souhaitons que toutes les nouvelles et grandes infrastructures
Qui s’installent dans la zone ne viennent souiller cette belle nature

#LaurentGerrerSimonCopyright

Pssst Taxi …

Pssst Taxi … -©Laurent Gerrer Simon

Tracés avant l’automobile, les axes longitudinaux
Offraient la circulation aux piétons et chevaux
La venue des véhicules a imposé le sens unique
Quand on ne connait la cité c’est parfois la panique

#LaurentGerrerSimonCopyright